NHL

Le directeur général de Beauts, Nate Oliver, a une méthode pour sa folie de signature

Ceci est la première partie du Q&A. Revenez demain pour la deuxième partie !

Le directeur général de Buffalo Beauts, Nate Oliver, vit son rêve. Il y a quinze mois, il a été nommé directeur général de l’équipe de sa ville natale de la NWHL après avoir couvert le hockey en tant que journaliste pendant des années et avoir été directeur des relations communautaires de Beauts pendant une saison. Vers la fin de la saison 5, Oliver était à peu près le directeur général de facto lorsque son prédécesseur Mandy Cronin n’a pas pu assister à certains voyages en voiture.

Connaissant Nate depuis aussi longtemps que je le connais, je voulais attendre un peu avant de mener notre première interview complète, afin qu’il puisse trouver son chemin, traverser les hauts et les bas et vraiment apposer sa marque sur la franchise Beauts. Buffalo a de loin signé le plus de joueurs pour la prochaine saison 7 de la NWHL, mais il y a certainement une méthode à ce plan directeur.

«Je veux que notre liste soit finalisée sous peu, avec de la place pour une ou deux signatures tardives en septembre ou octobre. Mais mon objectif est d’avoir toute notre liste située d’ici la fin juillet ou la première semaine d’août », a déclaré Oliver en haut de notre interview qui ressemblait plus à deux amis qui se rattrapaient. «J’aimerais faire beaucoup de team building virtuel pendant le reste de cet été et avant la saison. Je pense que c’est vraiment important.

«Nous avons trouvé beaucoup de succès avec cela, du moins en termes de renforcement du moral, avant le camp d’entraînement (prolongé de la saison dernière). Il était donc important pour moi que notre équipe soit signée, annoncée, et c’est pourquoi il peut sembler que nous soyons agressifs. Pour moi, nous marchons juste au rythme de notre propre tambour », a ajouté Oliver qui n’a aucune inquiétude quant aux plans des cinq autres franchises.

«Je veux que les gens soient enthousiasmés par cette équipe, qu’ils soient enthousiasmés par les capacités de cette équipe. Vous pouvez nommer n’importe quelle joueuse sur notre liste et je peux vous donner toutes les raisons sous le soleil pour lesquelles elle fait partie intégrante de nous et pourquoi elle fait partie de notre recette du succès. Les joueurs avec lesquels nous entrons cette saison – en lesquels je crois de tout mon cœur et je pense qu’ils nous apporteront le succès. Nous voulons la Coupe Isobel.

Au cours de notre conversation d’une heure avec le deuxième directeur général le plus ancien de la NWHL, la passion d’Oliver pour son travail était pleinement visible alors que nous parlions des attentes pour les Beauts dans la saison 7, de sa stratégie de repêchage unique, de l’aspect commercial de devenir GM, et bien plus encore.

Le jardin de glace : Comment cela s’est-il passé pendant votre première intersaison complète en tant que directeur général ? Il y a quelques années, vous étiez un journaliste de hockey qui se demandait ce que feraient les directeurs généraux, maintenant vous êtes dans les coulisses, vous dirigez le spectacle et prenez ces décisions pour de vrai.

Nath Olivier : Je porte mon cœur sur ma manche. Je ressens définitivement une différence entre cette intersaison et la dernière car lorsque j’ai pris mes fonctions, mon prédécesseur avait déjà signé quatre signatures : (Taylor) Accursi, (Lisa) Chesson, CJ (Carly Jackson) et MJ (Marie-Jo Pelletier). Le repêchage 2020 de la NWHL avait déjà eu lieu et évidemment, je n’avais rien à dire là-dessus.

J’ai certainement récolté les bénéfices de certaines de ces décisions, mais certaines choses ont été faites d’une manière différente de ce que j’aurais fait. Cette saison morte, je ressens beaucoup plus de liberté et de licence poétique – c’est l’équipe que je peux sculpter et construire. Je peux le porter sur ma manche et prendre le bon, le mauvais et le laid – mais c’est quelque chose que je construis avec mes entraîneurs. J’ai l’impression que ça va dans la direction que je veux qu’il aille. C’est une grande différence par rapport à il y a un an.

Oui, nous avons fait beaucoup de signatures, mais ce n’est pas bon gré mal gré. Mes entraîneurs et moi avons été très délibérés avec ce que nous avons fait. Je n’ai signé aucun joueur, ni repêché de joueurs, sans que mes entraîneurs soient sur la même longueur d’onde. Je ne peux pas parler pour les autres équipes et comment elles fonctionnent, mais nous avons fait nos devoirs sur tous ces joueurs.

TIG : En tant qu’écrivain et fan, vous connaissiez déjà beaucoup de ces joueurs et vous avez cela comme base pour votre diligence raisonnable supplémentaire sur chacun d’eux. Pour moi, c’est une belle arme dans votre arsenal lorsque vous naviguez dans une saison morte de constitution d’une équipe.

NON: Oui, la ligue a préparé un rapport de dépistage des joueurs éligibles et de leurs réflexions avant le repêchage 2021 de la NWHL. Je ne l’ai pas utilisé du tout, et je ne dis pas ça pour me vanter. Je travaille là-dessus depuis mars – qui nous voulions rédiger, qui nous voulions signer à nouveau, à quoi nous voulions que notre équipe ressemble.

Je connais l’un de mes choix depuis qu’elle a 14 ans, (Anna Zíková) et je l’ai vue grandir avec l’équipe nationale tchèque, je l’ai regardée jouer dans le Maine, alors je savais que j’aurais une occasion unique de la repêcher ( nous ne l’avons pas encore signée). Je sais quel type de joueuse elle est, pourquoi je pense qu’elle nous convient et que peut-être que d’autres équipes n’auraient pas certaines informations que nous avons.

Nous l’avons en quelque sorte décomposé sur un graphique avec différentes catégories. Incontournables : nous devons faire re-signer ce joueur et revenir avec les Beauts quoi qu’il arrive. Un autre était, oui nous voulons qu’ils reviennent, pouvons-nous vivre sans eux ? Il n’y avait personne à qui nous avons dit que nous ne voulions absolument pas revenir. Même si nous avons fait beaucoup de signatures, c’est encore une longue intersaison.

L’attaquant des Buffalo Beauts Autumn Macdougall célèbre un but à Lake Placid.
Michelle Jay

Kennedy Ganser est un autre nom qui me vient à l’esprit. Vous regardez ce que Auttie MacDougall a fait pour nous à Lake Placid – notre meilleur buteur et sans doute notre joueur le plus dangereux la saison dernière. À l’Université de l’Alberta, Ganser était son centre et ils formaient une combinaison mortelle là-bas. Pour moi, il s’agit de s’assurer que vous étudiez les joueurs que vous regardez, de voir ces connexions, et certainement de demander à d’autres joueurs aussi.

Nous avons observé des joueurs dans le passé – il y en avait un qui a inscrit des buts à deux chiffres dans une école DI chaque saison – et vous découvrez d’une ancienne coéquipière qu’elle peut être problématique dans le vestiaire, ou n’a pas le meilleures habitudes de pratique. Ce sont des choses que vous ne découvrez pas simplement en parlant à ce joueur, en regardant les statistiques ou même en discutant avec un entraîneur. Parfois, les commentaires d’un ancien coéquipier sont cruciaux.

TIG : Vous avez des amitiés avec beaucoup de joueurs que vous connaissez, qui ont été sur les Beauts. Alors, quels ajustements y a-t-il pour vous concernant l’aspect commercial d’être un directeur général, et à quel point ces vraies conversations sont-elles difficiles ?

NON: Ce ne sont pas des conversations faciles, elles ne le sont jamais. Parfois, cela dépend de la personne. Cela dépend où ils en sont dans leur vie, où vous en êtes dans la vôtre, ce qu’ils cherchent à accomplir et ce que vous cherchez à faire. Parfois, ces facteurs extérieurs font que les décisions se passent à merveille, d’autres fois, cela peut rendre ces conversations vraiment difficiles et des larmes peuvent couler. Nous avons probablement eu un roulement de 50% sur notre liste entre la saison 5 et la saison 6, et à l’approche de cette saison, il semble que ce sera à nouveau d’environ 50%.

Une partie de cela peut être due à l’attrition, vous avez des départs à la retraite comme (Jordan) Juron et (Emma) Ruggerio. D’autres joueurs peuvent être à la recherche de l’école ou d’autres opportunités. Vous détestez voir les gens partir, mais parfois ces décisions sont rendues plus faciles pour vous si le joueur le fait de son propre gré. Alors oui, certaines de ces conversations sont difficiles à avoir. Une chose que j’ai apprise en gestion – au hockey et en travaillant dans l’enseignement supérieur – les gens ne sont pas obligés d’aimer ou d’être d’accord avec ce que vous leur avez dit ou dit, mais si vous avez gagné leur respect, ils respecteront votre décision qu’ils ‘en êtes content ou pas. C’est une décision commerciale, pas personnelle. Je le réaffirme avec les joueurs. Je le dis toujours et je le crois de tout mon cœur : une fois que vous êtes un Beaut, vous êtes toujours un Beaut.

Le poing d’Oliver heurte le défenseur des Beauts Whitney Dove avant de prendre la glace à Lake Placid.
Michelle Jay

Peut-être que vous ne serez pas un joueur avec nous, mais il y a toujours une opportunité de vous impliquer et de nous aider. La gardienne de but Tiffany Hsu en est un bon exemple. Nous ne l’avons pas renouvelée l’été dernier, mais nous l’avons recrutée en tant que responsable adjointe de l’équipement. Elle a une formation en ingénierie et connaît évidemment le jeu de hockey. Il était avantageux pour nous de la ramener aux Beauts dans ce rôle.

Cette saison, nous allons essayer d’établir davantage de relations avec nos anciens. Une chose que nous avons faite, que j’ai trouvé incroyable et qui a été bien accueillie par nos fans, c’est que nous avons créé un package virtuel pour nos fans détenteurs d’abonnements puisqu’ils ne pouvaient pas assister aux matchs. L’un des avantages était que si vous achetiez le forfait, vous étiez invité à une réunion Zoom privée avec un panel d’anciens élèves de Beauts. Nous avons eu des apparitions de joueurs de notre première saison à la saison 5 et c’était génial d’être une mouche sur le mur et de les écouter parler de leurs expériences avec l’équipe.

C’est quelque chose que je veux faire passer au niveau supérieur cette saison. Je suppose que la ligue publiera bientôt le calendrier de la saison 7. J’aimerais que l’un de nos matchs à domicile soit une soirée des anciens ou quelque chose de similaire. Il faut être prudent (à cause du covid), mais aussi se préparer comme si ça allait être une saison «normale».

TIG : Je suis vraiment curieux de l’échange de premier tour avec le Connecticut. Qui a approché qui en premier à ce sujet ? De toute évidence, vous auriez pu obtenir Emilie Harley sans l’échange, mais choisir la sélection supplémentaire était-il une évidence? À l’inverse, après l’accord, craignait-on que le Whale prenne Harley sur Taylor Girard, malgré les liens de ce dernier avec la région du Connecticut ?

NON: Je voulais obtenir des choix supplémentaires pour le repêchage, plus que les cinq que nous avions. La raison pour laquelle, et c’est quelque chose dont (l’entraîneur-chef) Rhea (Coad) et moi avons parlé en détail, c’est que nous avions l’impression qu’il pourrait y avoir un « sentiment d’allégeance » envers l’équipe qui vous a repêché et nous pouvons l’utiliser comme un mécanisme de construction pour sélectionner un joueur qui peut être sur la bulle de devenir pro après l’université, ou peut-être qu’il ne leur est jamais venu à l’esprit qu’ils pourraient jouer pro. Ce sont des choses qui sont ressorties dans mes conversations avec des joueurs collégiaux.

Certaines personnes ont pensé ou écrit que cela n’aurait peut-être pas été une ébauche valable avant même qu’elle ne se produise. Mais pour moi, je savais qu’il y avait des diamants bruts même sans que les noms de renom soient disponibles, je savais qu’il y avait de bons joueurs là-bas. Nous avons fait nos devoirs et avons capitalisé pour laisser croire aux autres équipes que ce n’était pas un repêchage profond. Nous pensions autrement.

L’autre chose est que Taylor Girard est quelqu’un qui était très présent sur notre radar. Je lui ai parlé, j’ai contacté Quinnipiac, et c’était quelqu’un que nous avons regardé et considéré, et c’était quelqu’un que nous avions classé haut. Les gens parlent, le mot sort parfois, et je ne sais pas si d’autres équipes, à part le Connecticut, lui ont parlé. Nous avions certainement un intérêt, mais là où elle s’est classée dans l’ensemble concernant notre comité de rédaction, je ne pense pas que nous soyons allés trop loin. Nous regardions Harley et (Anjelica) Diffendal de l’Université Robert Morris et cela a fonctionné comme cela.

Lorsque nous avons examiné les joueurs de notre coin de pays – la région de l’Est – et après avoir regardé la vidéo, parlé aux entraîneurs, aux joueurs et à notre personnel, nous étions assez confiants que nous voulions Harley comme premier choix. Je n’avais aucune idée de qui visait le Connecticut, peut-être que rétrospectivement, j’ai deviné que c’était Girard. Ils m’ont contacté pour obtenir le premier choix, et cela avait du sens pour moi. Nous étions assez confiants que nous pouvions toujours obtenir Harley, mais si cela avait fonctionné d’une autre manière, j’aurais peut-être été bouleversé et me donner des coups de pied. The Whale voulait s’assurer qu’ils obtenaient le joueur qu’ils appréciaient le plus dans ce repêchage et j’étais convaincu que nous aurions toujours Harley plus un choix supplémentaire dans le repêchage et c’est ce qui a scellé l’accord pour moi.

Tout est dans l’œil du spectateur, n’est-ce pas ? Si vous voulez vraiment un joueur, si vous le voulez vraiment dans votre alignement et que vous avez signé un contrat, je ne les blâme pas de vouloir l’obtenir. Honnêtement, c’était un peu un pari de ma part, car s’ils avaient pris Harley, j’aurais dû modifier mon tableau de bord. Nous la voulions vraiment et je suis ravi que nous l’ayons repêchée (et signée) pour la saison à venir.

J’ai définitivement eu des nerfs ce soir-là, car j’ai découvert quand tout le monde l’a fait que le Connecticut emmenait Girard. En fin de compte, je pense que cela a très bien fonctionné pour nous deux. Ils sont heureux et je sais que nous sommes définitivement heureux. J’adore Emilie Harley et ce qu’elle apportera à notre équipe, et je pense que nos fans l’aimeront aussi. Non seulement ce qu’elle peut faire sur la glace, mais aussi son caractère et le type de personne qu’elle est – ce que j’apprends de plus en plus chaque jour.

Julian Quinteros

Hola soy Julian Quinteros y te voy a mostrar todo lo que aun no sabes y lo que vas a saber sobre la NHL y todo lo que con ello va, porque mejor no te sientas y te informas.

Publicaciones relacionadas

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Botón volver arriba
error: Content is protected !!